Les Outre-mer
Les Outre-Mer
Vous êtes ici : Accueil du site > Découvrir les Outre-Mer > Guyane > Présentation

Présentation


 Géographie

Dans le Nord-Est de l’Amérique du Sud, entre le Surinam et le Brésil, la Guyane est une terre chaude et intense au climat équatorial.

Ce département, d’une superficie de 83.533 km², est limité :

  • au nord, par la côte qui, dans son ensemble, est plate et marécageuse et formée de terrains sédimentaires récents ;
  • à l’est, par le fleuve Oyapock, entre la Guyane et le Brésil ;
  • à l’ouest, par le fleuve Maroni, séparant la Guyane du Surinam ;
  • au sud, la frontière avec le Brésil est matérialisée par la ligne de partage des eaux avec le bassin de l’Amazone. Le débarcadère de Oiapoque ©IRD

La Guyane possède 350 km de côtes qui s’ouvrent sur l’Atlantique.
Cayenne, chef-lieu du département, se situe à 7.072 km de Paris et à 1.500 km de Fort-de-France, à 5.000 km de Rio de Janeiro et 5.000 km de New York.

Le relief guyanais

Le long de la côte, sur une largeur moyenne de 20 km, s’étendent les "terres basses" (6 % de la superficie totale), constituées de dépôts quaternaires marins.
Les "terres hautes" qui se présentent comme une succession de petites collines dépassant rarement quelques centaines de mètres, comprennent du nord au sud :

  • la chaîne septentrionale au relief de type "appalachien" (350 mètres au maximum),
  • le massif central guyanais, au relief "en ruche" (800 mètres au maximum),
  • la pénéplaine méridionale (150 mètres).

Le point culminant de la Guyane française atteint 800 mètres (massif tabulaire).

 Le climat

Le climat est de type équatorial, à température presque constante, les minimums avoisinant 22°C et les maximums proches de 34°C. A l’année, la température moyenne est de 26°. Le trait essentiel est évidemment l’humidité relative dont le taux descend rarement en dessous de 80 %.
Les pluies (de 2500 à 4000 mm/an) diminuent d’intensité vers l’ouest et surtout vers l’intérieur.

Elles déterminent quatre saisons :

  • la petite saison des pluies de décembre à février ;
  • le petit été de mars ;
  • la grande saison des pluies d’avril à juillet ;
  • la grande saison sèche d’août à décembre.

La Guyane est exposée aux alizés du secteur Est, mais les cyclones y sont inconnus.

 La population guyanaise depuis 10 ans

On a dénombré près de 206.000 habitants en Guyane lors du recensement en 2006, soit 50.000 habitants supplémentaires entre 1999 et 2006.

Ce rythme de progression très important, difficile à évaluer avec précision, est soutenu par la conjonction d’un taux de natalité qui est le plus important de France et d’Amérique du Sud (29,9 pour mille en 2006) et un solde migratoire largement excédentaire. Cela donne un rythme de croissance de 3,97 % par an entre 1999 et 2006.

En conséquence, presque la moitié des habitants a moins de 20 ans. Le taux de mortalité est très faible et la fécondité élevée (3,8 %) mais le taux de mortalité infantile (12,6 pour mille) reste trois fois supérieur à celui de la métropole du fait de l’insuffisance des équipements hospitaliers dans l’intérieur.

Un rééquilibrage démographique entre Cayenne et une partie du reste de la Guyane est en train de s’opérer au profit des villes de Saint-Laurent du Maroni et Kourou dont les populations ont été multipliées par 2 en 10 ans, et des communes résidentielles autour de Cayenne. Pourtant l’essentiel de l’intérieur du pays reste désert et la densité de la population n’est que de 2 habitants/km².

La population de Guyane est caractérisée par sa grande diversité :

  • Les Créoles guyanais (environ 40 % de la population) Une famille d'indiens wayanas ©IRD
  • Les Amérindiens répartis en six ethnies (les Arawaks, les Palikurs, les Galibis, les Wayanas ou Roucouyennes, les Oyampis ou Wayampis, et les Emerillons). Ils représentent environ 4 500 personnes.
  • Les Noirs-marrons, (les Saramacas, les Bonis ou Alukus, les Djukas ). Ils représentent environ 4 000 personnes.
  • Les H’mongs, arrivés en 1977, représentent environ 2 000 personnes regroupées sur les communes de Cacao et Javouhey.
  • Les Métropolitains représentent actuellement environ 12% de la population.
  • Les autres populations (Chinois, Libanais, Brésiliens, Haïtiens, Surinamiens) représentent près de 40% de la population de Guyane.

De ces différents afflux est issue une société pluri-culturelle où chaque groupe maintient encore ses spécificités culturelles et ses traditions, particulièrement en milieu rural où le Grand Man et le Capitaine ont conservé tout leur pouvoir. Ce mode de société est ancré dans la culture "Noirs-Marrons" et amérindienne. En ville, le Carnaval, dont la durée est la plus longue au monde, caractérise aujourd’hui encore une société créole traditionnelle qui s’enrichit depuis plus d’un siècle par de nouveaux costumes et des symboliques renouvelées.

Les principales villes en 2006 sont :

  • Cayenne, le chef-lieu, 58.004 habitants,
  • Saint-Laurent-du-Maroni, 33.707 habitants,
  • Matoury, 24.583 habitants,
  • Kourou, 23.813 habitants,

 Histoire

Les premiers habitants de la Guyane furent les indiens Tupi Guarani.
Sous l’impulsion des jésuites, au début du XVIIIème siècle, la colonie amazonienne s’est développée à partir de la prospection des forêts, de l’établissement de plantations, de l’exploitation du sous-sol.

Bagne de Cayenne ©IRDEn 1852, Napoléon III décide le transfert du bagne en Guyane. La découverte, en 1855, de gisements aurifères provoque une ruée vers l’or et l’abandon du travail de la terre par les colons.
Le gouvernement met fin en 1938 à la relégation des bagnards à Cayenne, grâce à l’action énergique de Gaston MONNERVILLE. En 1946, la Guyane devient un département français d’Outre-Mer.
En 1989, l’Etat, avec le concours des collectivités locales et celui du Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), a mis au point un ambitieux programme de développement régional -le plan PHEDRE (Partenariat Hermès pour le Développement Régional)- afin de mieux intégrer dans ce département les activités spatiales à venir : la fusée Ariane V.

Félix Eboué

1884-1944
Haut-fonctionnaire natif de la Guyane, Félix Eboué est un Français libre de la première heure, condamné à mort par le régime de Vichy.
Auprès du Général de Gaulle, il s’engage de toutes ses forces dans la lutte pour la liberté.
Ses cendres reposent au Panthéon.

 Institutions

La Guyane est l’un des cinq départements d’Outre-Mer, créés par la loi du 19 mars 1946. La loi du 2 mars 1982 érigeant la région en collectivité territoriale de plein exercice a fait de la Guyane une des vingt-six régions françaises.
Le département est découpé en deux arrondissements (Cayenne et Saint-Laurent du Maroni), subdivisés en 19 cantons et 22 communes. Tous les textes législatifs nationaux y sont applicables mais peuvent faire l’objet de mesures d’adaptation "nécessitées par leur situation particulière" (Art. 73 de la Constitution).
La Guyane est dotée d’un Conseil régional et d’un Conseil général. Elle est représentée au niveau national par 2 députés, 1 sénateur et un conseiller économique et social.
L’Etat est représenté par le préfet établi à Cayenne et un sous-préfet à Saint-Laurent du Maroni.
En tant que département français, la Guyane fait partie de l’Union Européenne au sein de laquelle elle constitue une région ultra-périphérique ; à ce titre elle bénéficie de "mesures spécifiques" qui adaptent le droit communautaire en tenant compte des caractéristiques et contraintes particulières de ces régions.