Publié le 30 septembre 2019

Hommage à Jacques CHIRAC, discours d'Annick Girardin, ministre des outre-mer

Avant la minute de silence de l'hommage national à l'ancien président de la république Française, Monsieur Jacques Chirac, respectée à 15h ce lundi 30 septembre 2019, Annick Girardin, ministre des outre-mer s'est adressée aux agents ministériels rassemblés dans la cours de l'hôtel Montmorin, rue Oudinot à Paris.

Seul le prononcé fait foi

Mesdames et messieurs,

En cette journée de deuil national, nous sommes réunis pour commémorer la mémoire de Jacques Chirac, 5e Président de la Ve république, qui s’est éteint à l’âge de 86 ans le jeudi 26 septembre 2019.

Jacques Chirac aura marqué l’histoire de France, de manière indélébile, durant plus de 50 ans.

 

Chacun le sait, et certains agents ici l’ont-même côtoyé : Jacques Chirac était un ami des outre-mer.

En 2006, il tiendra ces mots ici-même : « C’est grâce, en grande partie, à ces terres de l’outre-mer français que la France est et reste une grande nation. »

Un amoureux des outre-mer dont la carrière marqua profondément nos territoires.

Il était en lien permanent avec les élus de terrain, et percevait ainsi finement les défis que les outre-mer devaient affronter. Les réponses qu’il apporta sont encore aujourd’hui pleines de sens.

Je pense aux mécanismes de défiscalisation imaginés en 1986 pour soutenir les investissements nécessaires au développement.

Je pense aussi à la convergence et à l’alignement des prestations et allocations sociales sur celles de l’hexagone en 1996 et à la première loi de programmation pour nos territoires, qu’il promulguât en 2000. 

Ce fut encore le premier des Premiers ministres en exercice à se rendre à Mayotte, avec un discours de vérité, comme ce fut le premier Président de la République qui lors d’un voyage officiel réaffirma que Mayotte était bel et bien française.

Jacques Chirac regardait l’Histoire en face : il instaura la journée du 10 mai comme journée nationale des mémoires de la traite de l’esclavage et de leurs abolitions.

Il regardait aussi l’avenir, avec gravité et réalisme. Souvenons-nous de la formule « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs », prononcée à Johannesburg lors du sommet de la terre de 2002.

Jacques Chirac, c’est encore l’homme du Non à la guerre en Irak en 2003 et c’est bien-sûr le rempart aux extrêmes.

A ce sujet son mot d’ordre était clair : pas de compromission.

C’est tout ce parcours que je retiendrais de l’homme politique. Un homme d’Etat, complexe, amoureux des cultures et de l’autre, capable de s’adresser de la même manière joviale à un agriculteur le matin et à un chef d’Etat le soir.

Il a su être rassembleur, il était accessible, et on voit aujourd’hui à quel point il restera charismatique.

 

Jacques Chirac, s’est éteint à l’âge de 86 ans le jeudi 26 septembre 2019.

Je vous propose de respecter, pour rendre hommage au grand homme d’Etat qu’il fut et comme partout en France, une minute de silence en son honneur.

(Minute de silence)

Je vous remercie

Partager