Saint-Pierre-et-Miquelon

  • Saint-Pierre-et-Miquelon

14/03/2022

Partager la page

L’histoire de Saint-Pierre et Miquelon est intimement liée à la pêche jusqu'en 1992. Aujourd'hui les services administratifs représentent la principale activité économique de l’archipel. 

L’archipel compte 6 008 personne dont 5412 à Saint-Pierre. La vie chère, l’insularité, l’exode des jeunes sont parmi les sujets de société les plus présents dans les esprits à Saint-Pierre et Miquelon.

  • Saint-Pierre et Miquelon a le statut de collectivité d’Outre-mer, régi par l’article 74 de la Constitution. L’ensemble des lois et des règlements français sont applicables dans l’archipel mais peuvent y être adaptés localement. 

    La collectivité de Saint-Pierre et Miquelon est régie par un Conseil territorial, et comporte 2 communes.

    Le Conseil territorial est ce que l’on peut comparer au département dans l’Hexagone, à l’exception de certaines compétences, comme la construction, la police, les bibliothèques et les moyens de services incendies et de secours.

    Le Conseil territorial gère les impôts, les douanes, l’urbanisme, et ses établissements publics.

    L’archipel compte :

    • 1 député
    • 1 sénateur

    Saint-Pierre et Miquelon ne fait pas partie de l’Union européenne. Son statut est celui d’un Pays et territoire d’Outre-mer (PTOM).

  • Le PIB par habitant est plus élevé que celui de la France entière.

    Après le fort déclin de la pêche en 1992, les services administratifs sont devenus la principale activité économique de l’archipel. Le taux de chômage y est également bien plus bas que la moyenne nationale.

    Les entreprises de Saint-Pierre et Miquelon sont principalement actives dans les secteurs du service puis de l’immobilier et du commerce.

  • L’archipel de Saint-Pierre et Miquelon s’étend sur 242 km2.

    Les surfaces des 2 îles principales, Saint-Pierre et Miquelon-Langlade, font respectivement 25km2 et 216km2. Plusieurs petites îles composent également l’archipel : l’Île aux Marins, l’Île aux Vainqueurs, l’île aux Pigeons, le Petit Colombier et le Grand Colombier. 

    Cette dernière est l’île la plus riche en biodiversité : des centaines d’espèces d’oiseaux y vivent, comme par exemple les macareux, un oiseau au bec coloré emblématique de l’archipel.

  • En 1520, des traces des Béothuks, une population des premières nations d’Amérique du nord, ont été retrouvées sur l’archipel. En 1535, Jacques Cartier prend possession du territoire au nom de François 1er.

    Le nom Saint-Pierre et Miquelon apparaît vers 1597. En 1604, les pêcheurs normands, bretons, et basques utilisent les îles pour la chasse baleinière et la pêche à la morue. 

    L’archipel sera ensuite disputé entre la France et la Grande-Bretagne pendant environ deux siècles, avant de devenir définitivement français en 1816. La pêche permet à l’archipel d’avoir une importante croissance économique lors de la seconde moitié du XIX.

    Au début du XXe siècle, c’est la désillusion : les droits de pêche sur les côtes de Terre-Neuve sont abolis, les chalutiers à vapeur sont introduits et plusieurs mauvaises saisons de pêche s’enchaînent. 

    La prohibition permet de relancer l’économie locale dans les années 1920, jusqu’en 1933. Pendant cette période, l’archipel a été une plaque tournante du trafic d’alcool vers les États-Unis.